Les étapes pour s’expatrier en Andorre

La Principauté d’Andorre est devenue l’Eldorado pour une expatriation. Ce pays d’Europe niché entre la France et l’Espagne a tout pour plaire. Andorre offre une excellente qualité de vie, un environnement sain et verdoyant, un bassin économique attractif, etc. De plus, au niveau des affaires, le pays accueille les entrepreneurs et les investisseurs dans les meilleures conditions. Néanmoins, une expatriation en Andorre se fait par étape. Voici ce qu’il faut savoir sur les démarches importantes.

Expatriation en Andorre : les paperasses 

Une expatriation en Andorre passe inévitablement par la constitution d’un dossier. Celui-ci comporte tous les documents nécessaires pour obtenir une résidence passive de travail sur le territoire andorran. Un visa n’est pas indispensable pour les Français souhaitant franchir le sol andorran. La souscription d’une assurance est d’une importance capitale.

Le premier document obligatoire est un passeport valide, et ce, pour tous les membres de la famille qui s’installe. Par ailleurs, les mineurs devront disposer de leur passeport individuel. Dans le cas où les enfants voyagent seuls, les parents délivrent une autorisation spéciale. Ce dossier de voyage s’accompagne d’une copie des passeports des signataires de l’autorisation.

Le déménagement en Andorre nécessite toutes sortes de déclarations. Une gestoria peut se révéler utile à ce stade pour accompagner dans cette procédure. Pour déménager dans la Principauté, il faut justifier son logement via un titre de propriété ou un contrat de bail. Le dossier est complété par une attestation du loueur. La déclaration auprès des douanes est aussi incontournable. Il faut déposer l’inventaire des biens, avec éventuellement une déclaration d’exportation. Certains objets sont soumis à des taxes.

La circulation en Andorre exige l’homologation du permis de conduire. Cette démarche est à effectuer au cours de la première année d’emménagement. Le statut de résident ouvre ensuite à l’immatriculation de véhicule. Cette procédure est accessible à partir d’un an de résidence sur le sol andorran. En revanche, il convient de connaître les modèles autorisés à l’importation. Andorre impose la norme Euro 5 et Euro 6 pour les voitures importées.

Installation en Andorre : les services à contacter 

Résider en Andorre signifie obtenir un certificat de résidence. La fiscalité est l’une des motivations des expatriés de la Principauté. Le certificat s’obtient généralement au bout de 6 mois d’installation effective. Il est valable auprès des services fiscaux en dehors du pays. Une démarche auprès de la Sécurité sociale et des autres contrats d’assurance s’impose également. La Principauté d’Andorre est parfois signataire d’un traité bilatéral avec d’autres pays pour les droits des expatriés.

Contacter ces services est nécessaire pour les possibilités de transfert de droit : cotisation de retraite, droit au chômage, etc. Une procédure auprès de la fiscalité permet aussi de connaître la convention de non double imposition. Celle-ci dépend largement du pays d’origine de l’expatrié. La France et l’Andorre ont signé un accord à ce niveau.

Le choix de l’établissement scolaire représente une étape importante lors d’une expatriation en Andorre. Les parents peuvent inscrire leurs enfants à l’école française, andorrane ou espagnole. La différence se situe au niveau du programme d’enseignement. L’enseignement local repose sur le modèle scandinave, contrairement en France qui s’appuie sur un enseignement républicain. Pour sa part, l’école espagnole se conforme au système éducatif de l’Espagne.